Des centaines d'utilisateurs te recherchent, aide les à te trouver :
Complète ton profil !

Fais toi de nouveaux amis avec la méthode Dale Carnegie !

Comment se faire des amis et augmenter son aura auprès des autres ?

Se faire apprécier des autres quand on arrive dans un nouveau travail, un nouveau quartier, une nouvelle ville… c’est l’objectif de tout un chacun. Notamment en Nouvelle-Calédonie où il y a un turn-over très important : fonctionnaires, militaires, expats… arrivent tous les jours pour seulement quelques années et se retrouvent bien loin de leur famille et amis. C’est tout un cercle social qui est à refaire. Grâce à Dale Carnegie, auteur reconnu et conférencier sur le développement personnel, cet objectif est facilement atteignable ; il suffit de bon sens. L’expert en relations sociales a en effet publié le manuel « Comment se faire des amis » en 1936, best-seller, maintes fois réédité, pour se faire des amis où que l’on se trouve et gagner à tous les coups la sympathie des gens.

Sa méthode comporte 6 attitudes à adopter :

S’intéresser aux autres

Comme le dit savamment l’auteur : “Vous vous ferez plus d’amis en deux mois en vous intéressant sincèrement aux autres que vous ne pourriez en conquérir en deux ans en vous efforçant d’amener les autres à s’intéresser à vous.” Cela peut te sembler assez basique, mais mettre les gens en confiance en établissant une réelle écoute, les rendra plus engagés à partager leurs émotions par la suite. Fini les hochements de tête pour meubler une discussion.

Être souriant (mais pas trop)

Quoi de plus efficace qu’un sourire pour ramener de la chaleur dans une pièce ? Aux yeux de Dale Carnegie, rien ne pourrait détrôner le pouvoir communicatif que l’on a en souriant à notre interlocuteur. Pour ce faire, rien de plus simple: on pense à des choses positives, et on n’hésite pas à complimenter les autres afin de partager toutes ces ondes (mais sans aller jusqu’à mentir non plus).

Être à l’écoute 

Pour Dale Carnegie, une nouvelle manière de jouer à son avantage serait d’être à l’écoute. On laisse donc plus de place à l’autre dans la discussion, et de ce fait, on en apprend plus sur sa personne, chose qui ne peut être que bénéfique. Pour ce faire, on diminue les “Moi je” et on utilise bien plus de “et toi ?”.

Se rappeler du nom de l’interlocuteur

C’est sûrement l’étape qui semble la plus simple… et pourtant. Au travail, comme dans son voisinage, il est facile de ne plus se souvenir du prénom de la personne que l’on croise pourtant tous les matins. Alors pour donner du poids à son message, on fait un travail de mémoire, parce que la grande majorité des gens sont sensibles à l’usage de leur nom. Et on hésite pas à appeler son interlocuteur par son prénom !

Faire parler les autres d’eux-mêmes

Il existe une théorie disant que les autres sont plus intéressés à parler d’eux-même que de qui (ou de quoi) que ce soit d’autre. C’est pourquoi en société, Dale Carnegie souligne qu’il est bien vu de poser des questions concernant la personne qui nous fait face. Ca peut sembler tendre vers du nombrilisme, mais l’un des meilleurs aspects d’un bon communicant serait donc de pousser les gens à parler d’eux-mêmes.

Rendre les autres importants

Pas besoin d’éloges en public pour ce dernier point, mais tout simplement de compliments et attentions réels. Rien de tel que la bienveillance pour prouver à ton prochain que tu tiens (ne serait-ce qu’un minimum) à lui.

 

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez en savoir plus, n’hésitez pas à explorer le livre « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie, je vous le recommande chaudement. Et pour ceux d’entre vous qui, comme moi, n’avez jamais assez de temps pour la lecture, vous pourrez le trouver en livre audio sur Audible  (il y a une offre d’essai d’1 mois 😉

BeeZou !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bee sur les réseaux
Les derniers articles